Amandine Caulle
Psychologue psychothérapeute à Beauvais
Amandine Caulle
Psychologue psychothérapeute à Beauvais

Demander pardon

Demander pardon

 

Dans une dispute, on espère entendre les excuses de son interlocuteur mais est-ce si simple ?

  1. Le narcissisme

Demander pardon renvoie à la vision de soi et à la solidité du Moi. Cet acte signe la capacité à se remettre en question.

  1. L’empathie

Pour certaines personnes fragiles, demander pardon revient à reconnaître une culpabilité et renvoie à une insuffisance, une incompétence. Cela vient réactiver des affects de honte de soi due à des traumatismes passés. C’est pour ces motifs que ces personnes ne peuvent demander pardon. Pourtant dire « Je suis désolé que tu sois triste parce que je n’ai pu être présent » marque simplement la reconnaissance de l’état de l’autre, de ses éventuels traumatismes passés sans préjuger de sa propre volonté de nuire. Demander des excuses c'est souvent demander de l'empathie, de la compréhension. Quand on bouscule une personne dans la rue, on dit "Excusez-moi.", même si on n'a pas eu l'intention de la bousculer.

  1. Etre l’exemple

Dans un conflit, c’est toujours 50/50. Aussi l’on ne peut demander à l’autre de toujours s’excuser sans soi-même reconnaître la réalité de ses actes et parfois ses émotions excessives afférentes. Reconnaitre les ressentis de l’autre, demander soi-même pardon, c’est faire un pas vers l’empathie mutuelle et renouer le dialogue. C’est un signe de bonne santé psychique.

  1. Lâcher prise

Etre solide passe parfois par la reconnaissance des limites de son interlocuteur et de son incapacité à demander pardon. Renoncer à l’empathie, à la reconnaissance de ses besoins et affects en ayant en tête que  nous-mêmes sommes les mieux placés pour nous comprendre, reconnaître nos ressentis et répondre à nos besoins, c’est sortir de la colère, la déception et autres émotions désagréables pour privilégier sa propre paix intérieure.

  1. Bien s’entourer

Bien entendu il est nécessaire d’interroger la relation à l’autre : est-ce toujours le même qui s’excuse ? Y a-t-il de l’empathie de part et d’autre ? Il faut ainsi veiller aux relations toxiques qui peuvent enfermer la personne (cf. l’article sur l’emprise).


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été créé grâce à Psychologue.fr

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.