Amandine Caulle
Psychologue psychothérapeute à Beauvais
Amandine Caulle
Psychologue psychothérapeute à Beauvais

Les pensées obsédantes

Les pensées obsédantes

Elles peuvent être de plusieurs ordres : TOC (trouble obsessionnel compulsif), image après un événement traumatique, dissociation psychique… Quel est leur but ? Comment les apaiser ?

 

  1. La dissociation psychique

Il s’agit d’une protection psychique qui coupe l’organisme des ressentis physiques et émotionnels après un choc traumatique. Cette dissociation peut être plus ou moins chronique selon le niveau de traumatisation. La personne peut se trouver dans un envahissement de pensées qu’elle n’arrive pas à maîtriser.

  1. Les images intrusives réelles

Elles sont déclenchées par un événement traumatique. Il s’agit donc ici d’un syndrome de stress post-traumatique (cf. l’article « traumatisme » du blog).

  1. Les T.O.C.

Il s’agit de rituels mentaux mis en place par l’organisme pour contrer l’angoisse. Il s’agit donc d’un mécanisme protecteur contre la souffrance psychique. Ils peuvent devenir handicapants lorsqu’ils prennent beaucoup de temps et entraver le bon fonctionnement de la personne.

  1. Autres images ou pensées intrusives : les phobies d’impulsion

La personne imagine involontairement un acte agressif sur des proches ou des personnes de son environnement. Ces pensées la perturbent au point qu’elle va tenter de les annuler par divers moyens (distraction…). Il s'agit d'un mécanisme de défense venant compenser un manque de décharge dans la réalité (expression verbale/ actions): ce processus signe donc une difficulté à accepter ses motions agressives. Il n'a cependant rien d'inquiétant du point de vue de la santé mentale: il agit comme le rêve en réalisant un désir refoulé.

  1. Comment s’en sortir ?

Selon la pathologie, le traitement sera différent. La psychothérapie, en permettant de mettre à jour les conflits psychiques et en retraitant les traumatismes va permettre d’apaiser les angoisses et donc de réduire les mécanismes de défense rigides du patient.

Pour les pensées agressives par exemple, on fera des exercices autour de l’acceptation de ces pensées et autour des croyances dysfonctionnelles qui en découlent (« je suis fou-folle », « je suis pervers.e »…).

L’ICV ou le somatic experiencing constituent deux techniques efficaces dans la prise en charge de ces troubles.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été créé grâce à Psychologue.fr

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.