Amandine Caulle
Psychologue psychothérapeute ICV à Beauvais
Amandine Caulle
Psychologue psychothérapeute ICV à Beauvais

Les freins à la psychothérapie


Les freins à la psychothérapie

 

On est parfois réticent à consulter un psychologue. Qu’est-ce qui peut retenir compte tenu de son mal-être, à se faire aider ?

Sommaire :

  1. Souffrir à nouveau
  2. Etre jugé
  3. Etre manipulé
  4. Etre ruiné
  5. Se montrer vulnérable
  6. Changer
  7. Etre intrusé
  8. Minimiser sa souffrance psychique
  9. Penser ne pas pouvoir être aidé
  10. Avoir eu de mauvaises expériences de psychothérapie

 

  1. Souffrir à nouveau

Quand on consulte un professionnel de la santé mentale, on redoute de revivre les souffrances du passé. Notre système nous pousse à nous protéger de nos blessures intérieures notamment en n’y pensant pas ou en n’en parlant pas. Néanmoins ces résistances empêchent d’aller traiter les traumas du passé et font persister nos blocages dans la vie (répétitions de scenarii, schémas de pensée…).

  1. Etre jugé

Beaucoup de personnes redoutent le regard d’autrui. Aller voir un psychologue, c’est se confronter à un inconnu dans un espace inconnu ce qui peut générer de nombreuses angoisses. Cependant le psychologue n’est pas là pour juger moralement mais pour aider à apaiser les souffrances et trouver les ressources pour faire face aux événements difficiles de la vie.

  1. Etre manipulé

D’aucuns imaginent le psy comme un manipulateur. Le psy va certes questionner ou amener des pistes pour faire changer le fonctionnement cognitif du patient et l’amener à plus de souplesse mentale.

  1.  Etre ruiné

Des fantasmes de ruine, de manipulation par l’argent peuvent surgir quand on songe à consulter un professionnel de la santé mentale.

Aujourd'hui beaucoup de mutuelles proposent de prendre en charge en partie les frais liés à la psychothérapie. Renseignez-vous! ;)

  1. Se montrer vulnérable

Beaucoup de personnes ont cette croyance : « Je dois être fort » et éprouvent de grandes difficultés à parler de leurs fragilités. Elles éprouvent ainsi de la honte à se sentir inférieures, défaillantes ou dans l’échec.

  1. Changer

Notre organisme nous pousse vers l’homéostasie c’est-à-dire à bloquer tout changement car celui est coûteux d’un point de vue cognitif. Le changement peut aussi réactiver des craintes d’abandon.

  1. Etre intrusé

Consulter c’est s’autoriser à évoquer son intimité. Les personnes qui ont eu des sentiments d’intrusion dans leur passé peuvent craindre de revivre ces sentiments (abus sexuels, parents envahissants…).

  1. Minimiser sa souffrance psychique

« C’est pas si grave », « Ca va aller/ passer », « Certains souffrent plus que moi » : beaucoup de personnes n’ont pas conscience de leur état psychique. La chronicité de leurs troubles, un environnement toxique ne leur permettent pas de mesurer leur mal-être car pour elles c’est la norme dans laquelle elles ont grandi.

  1. Penser ne pas pouvoir être aidé

Avoir des craintes quant à l’efficacité de la psychothérapie peut générer des freins au soin psychique. « J’y crois pas », « Ca sert à rien de parler » voici quelques croyances qui ont la vie dure.

  1. Avoir eu de mauvaises expériences de psychothérapie

Avoir connu des expériences désagréables avec des psy va générer diverses croyances empêchant le soin psychique. Notre organisme va généraliser l’expérience à tous les professionnels de la santé mentale.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été créé grâce à Psychologue.fr

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.